Réponses à l’article  »Naître un peu garçon et un peu fille »

Un article de la revue Enfants Québec de novembre 2013 portait sur les enfants intersexes, c’est-à-dire dont la société porte un jugement d’ambiguïté sur ses organes génitaux. L’article est passé plutôt inaperçu à ce moment, mais la mère d’un individu intersexe, qui désire demeurer anonyme, a réagi à cet article dans lequel une place importante était faite à la voix des médecins qui recommandent, encore en 2014, de procéder à des chirurgies afin que les organes génitaux des enfants intersexes soient conformes aux attentes de la société envers ceux-ci. Peu importe le moyen.

Depuis les réactions qu’a suscitées cet article, certaines corrections y ont été apportées (par exemple, la correction de la graphie du mot «intersectualité», dont la lettre fait mention). La place qui est faite aux médecins reste encore très problématique.

Laissons donc la parole à cette mère. (1)

Je suis l’heureuse maman d’un enfant extraordinaire.

Certes, ce que toutes les mères disent à propos de leurs enfants, c’est qu’il est beau, fin, intelligent. Mon enfant est né au début des années ’70.

C’était mon deuxième accouchement. Si aujourd’hui je prends la parole, c’est surtout pour vous faire part de l’horreur et de la nausée que me cause votre article ce matin.

Je vis depuis 40 ans un enfer surmonté d’une très grande culpabilité. Les soi-disant bons médecins penseurs m’avaient très mal guidée et informée. Je ne connaissais pas la réalité intersexe, ni de près ni de loin.

Je souligne ici que mon enfant n’est pas un insecte! Quel est ce mot immonde? Donc intersexe, mon enfant a dû subir des chirurgies innommables pour une mère. Il est né avec un testicule, un ovaire, une cavité vaginale très étroite, et un clitoris plus gros que la norme (mais qui a décidé de cette norme?).

Dès son jeune âge, j’ai dû l’éduquer dans le rôle attribué par sa réassignation sexuelle : en fille. Les médecins m’ont dit de ne jamais lui dire, car cela aurait compromis son éducation, son identification au système binaire.

Quelle supercherie! J’ai dû introduire, sous les recommandations du médecin, un dilatateur dans la petite cavité vaginale de mon enfant. Imaginez-vous donc à ma place, à la place d’une mère qui voit son enfant souffrir à cause des soi-disant soins pour son bien?? De plus, il ne s’est jamais senti comme une fille. Rendu à l’âge adulte, il est maintenant sous hormonothérapie, a subi d’autres chirurgies pour être un homme. Mon enfant a choisi son propre sexe, mais je souligne que si j’avais été bien informée dès le départ, j’aurais su le soutenir dans sa belle différence… Je suis convaincue qu’il aurait simplement vécu très heureux dans son corps intact et n’aurait jamais eu à subir d’autres chirurgies de réassignation.

De plus, ce qui m’attriste, c’est qu’il me pardonne le fait que moi, je n’étais pas bien informée. Nous sommes maintenant en 2014 et non en 1973! Cet article passe dans une revue pour futurs parents, c’est scandaleux. Aujourd’hui, je me tiens debout face à la dictature des médias et des médecins. Bravo mon fils, et à vous tous, personnes intersexes de la planète. Vous êtes beaux et belles, je vous aime.

Un cœur de maman

Janik Bastien-Charlebois, professeure à l’UQAM et militante intersexe, a également réagi à l’article. Voici sa réponse :

En accordant encore une fois la primauté de la parole aux docteurs, vous négligez la possibilité de leur opposer une réelle critique. Il faut cesser de les considérer comme des demi-dieux ayant le meilleur jugement sur chaque réalité. Qualifier une réalité de «maladie» est un jugement subjectif. Seules les personnes vivant cette réalité sont en mesure de juger ce qu’elle représente.

Quant aux parents, un grand nombre témoigne hélas plus tard des pressions et de l’influence que les docteurs exercent dans leurs prises de décision. Diverses enquêtes empiriques le démontrent d’ailleurs depuis longtemps:

La toute dernière, de Streuli et al (2014). est résumée ici:
http://stop.genitalmutilation.org/…/How-Parents-Consent…

Kessler, Suzanne (1998). Lessons from the Intersexed.

Karkazis, Katrina (2008). Fixing Sex.

Les ouvrages classiques de Kessler (1998) et Karkazis (2008), où les chercheures interviewent docteurs et parents, présentent les biais de ces premiers et la diversité des réactions de ces derniers. Opérer les enfants en raison de quelconque crainte que les parents ne puissent s’attacher à eux ou qu’ils subissent plus tard des discriminations est une bombe à retardement. Les enfants, tôt ou tard, se sentent trahis par leurs parents (Karkazis, 2008), sans compter le faut qu’ils doivent vivre avec le trauma des mutilations génitales et hormonales.

Le mot choque, mais ce n’est pas parce que nous sommes en occident que nous ne pouvons pas commettre de graves et repréhensibles erreurs, que les scalpels soient stérylisés ou non, que les opérations soient menées sous anesthésie ou non, et que les docteurs soient polis et souriants ou non. Ici comme ailleurs, on pose ces gestes en étant fermement convaincus qu’ils sont fait pour le «propre bien de l’enfant», qui ne saura «se trouver de partenaire plus tard». Mais l’honnêteté des bons sentiments se démontre seulement par la volonté d’écoute des personnes ayant le pouvoir sur d’autres à l’égard de ces derniers. Le fait qu’on nous décrive à plusieurs reprises au sein de cet article comme des «intersectés» est particulièrement révélateur du faible intérêt manifesté à notre endroit.

Il est temps que les personnes intersexes ne soient plus infantilisées et que les adultes soient sérieusement écoutés. Nous sommes ceux et celles qui sommes les mieux placés pour exposer les effets de cette approche.

Voici la déclaration du troisième forum international intersexe s’étant déroulé à Malte, en décembre 2013 dernier. Non seulement s’agit-il du plus large rassemblement de représentants d’organisations intersexes, mais aucune organisation par et pour les personnes intersexes ne s’y oppose.

Traduction française:
http://oiifrancophonie.org/…/conclusion-du-3eme-forum…/

Version originale, anglaise:
http://www.ilga-europe.org/…/latest/intersex_forum_2013

(1) Seules certaines corrections d’ordre grammaticales ont été effectuées pour faciliter la lecture.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s